Estimer les plages de fonctionnement de la PAC

Voilà maintenant plusieurs semaines que je relève, automatiquement, les données des différents capteurs de mon installation solaire et que je stock cela dans une base de données. Ces informations sont utilisées pour générer les graphiques qui montrent l’évolution des températures au fil d’une journée.

Tout cela avait pour but de procéder à des examens à posteriori du comportement de l’installation et de pouvoir du coup tenter d’optimiser au mieux les divers réglages pour, au final, arriver à une production de chaleur minimale avec ma PAC qui reste un moyen « coûteux et énergivore » de produire de la chaleur en comparaison à mon installation solaire.

Je me suis donc posé la question suivante : avec mon installation solaire, j’avais un capteur de température que j’avais initialement placé sur la ligne chaude et qui était utilisé par le contrôleur pour effectuer le calcul de la production de chaleur par l’installation. Ce capteur peut, moyennant une petite perte de précision au final, être remplacé par le capteur des panneaux, j’ai donc fait cela et je me retrouve donc avec un capteur de température libre !

Tout le challenge est maintenant de trouver un emplacement pour poser ce capteur et qui me permettra, en fonction des températures retournées et stockées dans ma base de données, de savoir si la PAC tourne ou non à un moment X, et de là en déduire les phases de fonctionnement et les faire apparaître sur mes graphiques.

J’ai procédé à plusieurs essais, infructueux :

1. Sur le tuyau d’eau chaude à la sortie de la PAC (le tuyau qui va de la PAC au ballon). J’ai alors eu une courbe qui grimpait assez rapidement à la mise en route de la PAC jusque vers 35°/38°, et qui baissait lorsque celle-ci s’arrêtait. Le seul hic, c’es que la PAC, à intervalles non réguliers, passe en mode dégivrage, ou chauffe moins…. Et du coup la courbe redescend. Puis elle remonte à la fin du dégivrage, etc… La différence de température entre les phases d’arrêt, de fonctionnement et le mode de dégivrage ne sont pas significativement différentiables… J’ai donc une surévaluation du nombre de démarrages de la PAC, et une sous-évaluation du nombre d’heures de fonctionnement (comme les moment où elle dégivre le graphique croit qu’elle est arrêtée il ne compte pas ces 10 ou 20 mintes comme du temps de fonctionnement.).

2. dans la gaine de sortie de l’air de la PAC. Là je pars du principe inverse : quand la PAC tourne, l’air rejeté est refroidi.. Donc j’ai inversé la logique, et j’indique que la PAC tourne si l’air est plus froid que l’intervalle enregistré précédement. Malheureusement, je retombe sur les mêmes problèmes que ceux vus plus haut…

Finalement, j’ai placé depuis hier (23.01.2012 à 18h00) mon capteur sur le tuyau de refoulement du compresseur de ma PAC suite à un conseil que l’on m’a donné sur le site de l’APPER (http://forum.apper-solaire.org/viewtopic.php?p=76415). Il s’agit d’un petit tuyau qui sort du compresseur, dans ma PAC (j’ai du démonter un panneau latéral pour y accéder) et qui chauffe à plus de 80° dans les phases de fonctionnement, pour redescendre à un peu plus de 20° en phase de repos… Ainsi j’ai un différentiel exploitable qui me permet de déterminer si ma PAC tourne ou non…

J’ai créé pour l’exercice un graphique qui montre la courbe de température de ce tuyau de refoulement (en orange) et déduit de cela le fonctionnement ou non de la PAC (les colonnes jaunes). Le critère retenu est le suivant : si la température excède 50°C alors la PAC tourne. Les 5 minutes que je « Perd » à la mise en route je les gagne à la fin. Ainsi, je devrais être plus ou moins juste… Enfin, j’espère !

[Edit du 25.09.2014] : J’ai pu affiner le modèle en comparant les valeurs effectivement enregistrées par la PAC (nombre d’heures de fonctionnement) et le résultat de mes données, en faisant varier la température à prendre en compte pour que le total corresponde à la réalité : si je prend en comtpe dès que la température dépasse 61° je tombe à quelques minutes près à la même durée d’utilisation sur 18 mois.

Pour info voici les données relevées le 23 janvier 2012 à 21h30 sur la PAC :
– Nombre d’heures de fonctionnement : 2401
– Nombre de démarrages : 12901

Une réflexion au sujet de « Estimer les plages de fonctionnement de la PAC »

  1. Bonjour , votre action est intéressante, seriez voue intéressé par un projet d’études et mise en place d’un système « intelligent » de gestion et d’optimisation à partir de plusieurs sources d’énergie ? Par exemple du 07 au 10 mars l’action de la PAC serait annihilé (avec la connaissance de prévisions météo) et le 07 janvier l’eau des capteurs servirait à réchauffer l’air en entrée de la PAC afin d’améliorer le COP de celle ci ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *